Remonter

 

Voir aussi notre présentation sur  www.adolive.fr
et  notre blog
 http://oleiculture-bio.net

Moyens de lutte contre la mouche de l'olivier

  • Utilisation de pesticides
    La plupart des produits de traitement utilisés contre la mouche de l'olivier sont toxiques et on retrouve les traces de cette toxicité dans l'huile d'olive.
    Régulièrement, certains d'entre eux se retrouvent interdits de vente, après avoir inondé le marché, sur les conseils des techniciens agricoles, pendant plusieurs années, contaminant agriculteurs et consommateurs. Après l'Ultracid, ce fut le cas du Leybacid, pour exemple.
    Un nouveau produit "non toxique" est apparu sur le marché. Son utilisation en bio, cependant, fut très controversée et il est mentionné sur les emballages que ce produit est dangereux pour l'environnement, ce qui explique qu'il ait mis si longtemps à obtenir son homologation. Aujourd'hui, il est autorisé en Bio pour une période d'essai... à suivre!
    Quoi qu'il en soit, les insecticides, toxiques ou pas,  ne sont pas sélectifs et tuent également tous les insectes utiles à l'olivier, ce qui concerne 95% de la faune de l'arbre.
     

  • Lutte intégrée
    Des expériences sont menées pour intégrer dans l'oliveraie des prédateurs de la mouche "bactrocera oleae":  psyttalia, nématodes, etc... Ces expériences sont concluantes en laboratoire, cependant il semble beaucoup plus aléatoire pour l'instant, d'utiliser ces moyens de lutte en pleine nature.
     

  • Argile
    On peut aussi pulvériser sur l'arbre des solutions de kaolin. Il apparaît que la mouche ne pique pas les olives imprégnées d'argile. Mais cette méthode pourrait présenter plusieurs inconvénients: problèmes de blocage de la photosynthèse avec dépérissement de l'arbre, crises d'asthme chez les personnes sensibles qui habitent près des oliviers traités, voile blanc sur les olives destinées à la table même après lavage, encrassement des eaux de lavage au moulin, renouvellement de l'application à chaque pluie, coût important. Cette méthode, déjà utilisée, est actuellement à l'étude et fait l'objet d'observations.

     

  • pièges chromatiques
    La couleur jaune, c'est bien connu, est attractive pour la plupart des insectes volants. Dans plusieurs pays méditerranéens, on utilise, pour lutter contre la mouche de l'olivier, des bandes de papier jaune que l'on enduit de glu au pinceau. Dans le commerce, on trouve des plaques jaunes engluées que l'on peut suspendre dans l'arbre. Cette méthode, tout comme l'utilisation de pesticides agréés en agriculture biologique, a le défaut d'éliminer également les insectes utiles à l'olivier et ceci dans les mêmes proportions.
     

  • Pièges à phéromones
    Ces pièges sexuels attirent les mouches mâles. Ils servent à contrôler la présence des vols de mouches sur le verger et à définir ainsi le moment d'appliquer les traitements insecticides.
    En aucun cas, ils n'ont pour objet d'éliminer les mouches ni d'empêcher la ponte, effectuée, évidement, par les femelles qui, elles, ne sont pas attirées par ces pièges.
    Encyclopédie mondiale de l'olivier, P229: "En ce qui concerne la mouche, le phéromone synthétique est principalement utilisé pour la surveillance des adultes. Au cours des expériences menées par plusieurs groupes de recherche dans les différentes zones oléicoles méditerranéennes, on a presque toujours constaté une absence totale de corrélation entre les captures effectuées avec des pièges appâtés avec phéromone synthétique et le pourcentage d'infestation présent dans les drupes".
    Le piège à glu DACUS STICK S, qui contient une capsule de phéromones, s'il permet de limiter considérablement la reproduction au sein d'une oliveraie, ne saurait suffire et doit être complété par l'action du DACUS STICK A, piège alimentaire.
     

  • pièges Dacus stick A
    Le piège à glu DACUS STICK A, de couleur verte (tout comme le S) afin de limiter les captures d'autres insectes, contient un attractif à base de phosphate d'ammoniaque, qui attire essentiellement les diptères. S'il arrive, bien sûr, que certains autres insectes s'y collent en se posant dessus malencontreusement, c'est dans une proportion comparable aux dégâts occasionnés par une des nombreuses toiles d'araignées qu'abrite un olivier cultivé en bio. Utilisé à bon escient, c'est aujourd'hui le moyen de lutte  écologique le plus efficace mis à la disposition de l'oléiculteur.
    Son action peut être complétée par celle du piège à phéromones DACUS STICK S, qui, en attirant les mâles, limite considérablement la reproduction et incite les femelles à changer d'oliveraie.

 

Tout savoir sur le Dacus Stick cliquer ici

Voir la brochure cliquez ici

-